Le mystère des millions de Macron.

Un documentaire choc révèle des zones d'ombre sur le patrimoine et les revenus du président de la République, Emmanuel Macron, lorsqu'il était banquier d'affaires chez Rothschild. Comment a-t-il gagné et déclaré ses millions ? Quelles sont les failles du système fiscal français qui lui ont permis d'échapper à l'ISF ? Quels sont les liens entre le pouvoir politique et le monde de la finance ? Nous avons enquêté sur ces questions qui font polémique.

En 2012, Emmanuel Macron, alors secrétaire général adjoint de l'Elysée sous François Hollande, boucle un deal à 9 milliards d'euros : le rachat par Nestlé d'une filiale de Pfizer. Une opération qui lui vaut une confortable rémunération en tant que banquier chez Rothschild. Mais, deux ans plus tard, lorsqu'il devient ministre de l'Economie, sa déclaration de patrimoine indique un modeste 156 000 euros et des revenus pour 2012 de l'ordre de 720 000 euros. Où sont donc passés les millions d'Emmanuel Macron ?

Le documentaire « Patrimoine de Macron, où sont passés les millions ? », publié par Off Investigation et réalisé par Jean-Baptiste Rivoire et Gauthier Mesnier, apporte des éléments troublants sur cette affaire. Il montre notamment que :

- Le futur président a bénéficié d'un système de rémunération opaque et avantageux chez Rothschild, qui lui a permis de toucher des bonus différés et non imposables sur le deal Nestlé-Pfizer.
- Le candidat Macron a sous-estimé la valeur des biens immobiliers du couple déclarée au fisc en 2017, afin d'éviter de payer l'ISF et de ne pas apparaître comme le candidat des riches. Une décision qui lui a valu un redressement fiscal de 6 000 euros.
- Le chef de l'Etat a profité des failles du système fiscal français, qui permet aux hauts revenus de bénéficier de niches fiscales, d'optimisations et d'évasions fiscales, au détriment des finances publiques et de la justice sociale.
- Le président Macron entretient des liens étroits avec le monde de la finance, qui a financé sa campagne électorale et qui influence sa politique économique.

Ces révélations soulèvent des questions éthiques et démocratiques sur le parcours et les pratiques du président de la République. Elles mettent en lumière les inégalités et les dysfonctionnements du système fiscal français, qui favorise les plus riches au détriment des plus pauvres. Elles interrogent aussi sur le rôle et le pouvoir des banques d'affaires, qui participent à la concentration du capital et à la financiarisation de l'économie.

Commentaires

  1. Je trouve votre texte d’accompagnement tendancieux. L’optimisation fiscale est légale et ne constitue ni une fraude ni un abus de droit ( traqué avec raison par le fisc). En France les pauvres ne paient pas d’impôt et au contraire touchent des aides de la solidarité nationale financée entre autre par les impôts des classes moyennes et supérieures .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Soyez juste cohérent avec vous même : supprimez les 2 derniers mots de votre réponse.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog