Articles

Affichage des articles associés au libellé Europe

Alexeï Navalny : un passé trouble et des idées contestables derrière l’image du héros.

Image
L'opposant russe, décédé vendredi, a tenu par le passé des propos xénophobes, nationalistes et conservateurs qui contrastent avec son image de défenseur de la démocratie. Depuis l'annonce de sa mort, vendredi 16 février, Alexeï Navalny est salué comme un héros par de nombreux responsables politiques et militants des droits de l'homme. "Un homme de courage", selon l'eurodéputé Raphaël Glucksmann. "Un résistant", écrit Jean-Luc Mélenchon sur X. Marine Le Pen exprime ses condoléances à la famille d'un homme politique "engagé dans la défense de la démocratie". Mais Alexeï Navalny a aussi un autre visage, moins reluisant, qui témoigne de ses positions idéologiques parfois problématiques. En 2007, il réalise une vidéo pour le Mouvement de libération nationale russe, qu'il vient de créer, dans laquelle il se met en scène en dentiste. Il compare les migrants à des caries et préconise une "désinfection complète". "

L'UE s'appuie davantage sur la Russie pour ses engrais

Image
L'Union européenne importe de plus en plus d'engrais de la Russie, qui est devenue son principal fournisseur en 2020. Cette situation pose des risques pour la sécurité alimentaire et la transition écologique de l'UE, selon une étude publiée par le think tank AgriFood Economics. ## La Russie, premier partenaire commercial de l'UE pour les engrais Selon l'étude, l'UE a importé 11,7 millions de tonnes d'engrais de la Russie en 2020, soit une augmentation de 43 % par rapport à 2016. La Russie représente désormais 31 % des importations totales d'engrais de l'UE, devant le Maroc (12 %), la Norvège (10 %) et la Biélorussie (9 %). La Russie est notamment le premier fournisseur de l'UE pour les engrais azotés et potassiques, qui sont essentiels pour la croissance des plantes. Les engrais azotés représentent 60 % des importations d'engrais de l'UE, tandis que les engrais potassiques en représentent 16 %. L'étude souligne que la dépe

Face à la concurrence ukrainienne, les producteurs européens de céréales, de sucre et de volaille réclament des mesures de protection

Image
Les producteurs européens de céréales, de sucre et de volaille réclament à l'Union européenne de limiter les importations en provenance d'Ukraine. Ils craignent que le pays ne profite de ses avantages concurrentiels pour inonder le marché européen de produits à bas prix. L'Ukraine bénéficie d'un accord d'association avec l'UE depuis 2014, qui lui permet d'exporter vers l'Europe sans droits de douane dans certaines limites. Mais ces limites sont souvent dépassées, notamment pour le maïs, le blé, le sucre et le poulet. Les agriculteurs européens dénoncent une concurrence déloyale de la part de l'Ukraine, qui dispose de coûts de production plus faibles, de normes environnementales et sanitaires moins strictes, et d'un accès privilégié au gaz russe. Ils demandent à la Commission européenne de mettre en place des mesures de sauvegarde, comme des droits de douane ou des quotas, pour protéger le marché intérieur européen. Ils soulignent que

Les agriculteurs européens se mobilisent pour défendre leurs intérêts et influencer les politiques agricoles.

Image
Depuis plusieurs mois, les agriculteurs européens manifestent dans différents pays pour exprimer leur mécontentement face aux contraintes environnementales, aux prix bas, à la concurrence déloyale ou encore à la réforme de la politique agricole commune (PAC). Ces mouvements sociaux témoignent de la volonté des agriculteurs de se faire entendre sur la scène politique et de peser sur les décisions qui affectent leur secteur. En Allemagne, des milliers de tracteurs ont envahi les rues de Berlin le 26 novembre 2023 pour protester contre le projet de loi du gouvernement visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et de nutriments dans l'agriculture. Les agriculteurs allemands dénoncent une réglementation trop stricte et trop coûteuse, qui menace leur compétitivité et leur survie. Ils réclament plus de soutien financier et plus de flexibilité dans la mise en œuvre des mesures environnementales. En Hongrie, les agriculteurs ont organisé plusieurs blocages routiers e

La Cour de justice de l'UE interdit les drapeaux nationaux au Parlement européen

Image
La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a rendu un arrêt le 14 décembre 2023, selon lequel les députés européens ne peuvent pas afficher les drapeaux de leurs pays respectifs dans l'hémicycle du Parlement européen. La CJUE a estimé que cette pratique portait atteinte à l'unité et à l'identité de l'UE, ainsi qu'au respect de la diversité culturelle et linguistique. L'affaire avait été portée devant la CJUE par un groupe de députés français, italiens et espagnols, qui avaient été sommés de retirer leurs drapeaux nationaux de leurs pupitres lors d'une session plénière en octobre 2022. Les députés avaient invoqué leur liberté d'expression et le principe de subsidiarité pour contester cette injonction. La CJUE a rejeté leurs arguments, en rappelant que le Parlement européen est le lieu où s'exprime la volonté politique des citoyens de l'UE, et non celle des États membres. Elle a ajouté que les drapeaux nationaux pouvaient créer

#RudyKissMyAss versus #NoTwitterDay un duel plus important qu'il n'y paraît pour la liberté d'expression

Image
Le duel entre #RudyKissMyAss et #NoTwitterDay est un reflet des enjeux actuels de la liberté d'expression sur les réseaux sociaux. D'un côté, Elon Musk, qui cherche à améliorer le débat contradictoire et la vérification de l'information avec les Community Notes, et de l'autre, Thierry Breton, qui souhaite contraindre les plateformes numériques à se conformer aux règles du Digital Service Act. Dans une société démocratique, il est essentiel que le pouvoir soit aux lecteurs et aux citoyens plutôt qu'à une poignée de personnes non élues. C'est ce que souligne Zoé Sagan dans son livre "Power to the people", en mettant en avant l'importance de l'information et de la liberté d'expression pour une société libre et équitable. Cependant, certains comme Thierry Breton cherchent à restreindre cette liberté d'expression au nom de la lutte contre les discours de haine et la désinformation. Pourtant, cela risque de créer un dangereux préc

Le nouveau Premier ministre slovaque veut rompre avec l'Ukraine et se rapprocher de la Russie

Image
Le nouveau chef du gouvernement slovaque, Robert Fico, a annoncé, jeudi, sa volonté de mettre fin à l'aide militaire de son pays à l'Ukraine, qui fait face à une guerre civile depuis 2014. Il a également exprimé son opposition aux sanctions de l'Union européenne contre la Russie, accusée de soutenir les séparatistes pro-russes dans l'est de l'Ukraine. Enfin, il a affirmé qu'il ferait tout pour empêcher Kiev de rejoindre l'OTAN, l'alliance militaire occidentale. Ces déclarations marquent un net changement de cap dans la politique étrangère de la Slovaquie, qui faisait partie des pays les plus favorables à l'Ukraine au sein de l'UE et de l'OTAN. Elles reflètent aussi la proximité idéologique et personnelle de Robert Fico avec le président russe Vladimir Poutine, qu'il a rencontré à plusieurs reprises et dont il partage la vision conservatrice et nationaliste. La Slovaquie est un pays d'environ 5,5 millions d'habitants, s

La Hongrie dénonce la livraison d'armes à l'Ukraine par l'UE et menace de quitter le bloc

Image
La Hongrie a créé la surprise à Bruxelles en s'opposant à la livraison d'armes à l'Ukraine par l'Union européenne. Le ministre hongrois des Affaires étrangères, Péter Szijjártó, a déclaré que son pays ne soutenait pas la politique de l'UE vis-à-vis de la Russie et de l'Ukraine, qu'il a qualifiée de "contre-productive" et de "dangereuse". Selon le site Lecourrier-du-soir.com¹, qui cite le média hongrois 444.hu², Szijjártó a affirmé que la Hongrie était prête à quitter l'UE si celle-ci continuait à ignorer les intérêts nationaux de son pays. Il a également accusé l'UE de violer le droit international en fournissant des armes à un pays en conflit. Le ministre hongrois a rappelé que la Hongrie avait une frontière commune avec l'Ukraine et qu'elle était directement concernée par la situation dans ce pays. Il a déploré que l'Ukraine n'ait pas respecté ses engagements envers la minorité hongroise vivant sur so

L'Ukraine et l'Europe sacrifient les éleveurs français sur l'autel du libre-échange

Image
La décision de la Commission européenne d'exonérer de droits de douane les importations de poulets industriels en provenance d'Ukraine est une trahison envers les éleveurs français, qui subissent déjà une concurrence déloyale et une crise sanitaire. En effet, les volailles ukrainiennes bénéficient de normes sanitaires et environnementales beaucoup plus laxistes que celles imposées aux producteurs européens, ce qui leur permet de pratiquer des prix très bas et de inonder le marché communautaire. Selon la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), cette mesure va entraîner une perte de revenus de 15% pour les éleveurs français, qui représentent 40% de la production avicole européenne. La filière avicole française, qui emploie plus de 100 000 personnes, est déjà fragilisée par la baisse de la consommation, la hausse des coûts de production et les épisodes récurrents de grippe aviaire. Face à cette situation dramatique, le gouvernement franç

L'UE vers une réforme des traités pour moins de souveraineté ?

Image
Contexte L'Union européenne (UE) va-t-elle devenir moins démocratique ? C'est ce que craignent certains pays membres, qui s'opposent à la proposition de l'Allemagne et de la France de supprimer le droit de veto pour les questions de politique étrangère. Selon ces deux grandes puissances, il faut renforcer la capacité de l'UE à agir sur la scène internationale, face aux défis posés par la Chine, la Russie ou les États-Unis. Mais pour les petits pays, comme la Hongrie, la Pologne ou la Slovénie, il s'agit d'une atteinte à leur souveraineté et à leur voix au sein du bloc. Ils craignent aussi que cette réforme ne favorise les intérêts des pays les plus riches et les plus influents, au détriment de la solidarité et de la cohésion européennes. Le débat s'annonce donc houleux lors du prochain sommet des dirigeants européens, prévu en juillet 2023¹. Enjeux Le droit de veto permet à un État membre de bloquer une décision qui requiert l'unanimité a

Poutine, le spectateur tranquille du chaos européen.

Image
Alors que l’Europe est secouée par des émeutes et des manifestations violentes depuis plusieurs jours, le président russe Vladimir Poutine observe la situation avec un mélange de satisfaction et d’indifférence. Selon lui, l’Union européenne est en train de s’effondrer sous le poids de ses contradictions internes, de sa crise économique et sociale, et de sa faiblesse diplomatique et militaire. Il n’a donc pas besoin de faire quoi que ce soit pour affaiblir son rival géopolitique, il lui suffit d’attendre que le temps fasse son œuvre. Poutine n’est pas surpris par les troubles qui agitent l’Europe, il les considère comme la conséquence logique d’un modèle politique et économique qui a échoué à répondre aux besoins et aux aspirations des peuples européens. Il pense que l’Union européenne est une construction artificielle et fragile, qui ne repose pas sur une véritable volonté populaire, mais sur des intérêts égoïstes et des pressions extérieures. Il estime que l’UE est incapab

Un plan de 50 milliards d’euros de l’Union européenne pour rapprocher l’Ukraine de l’Europe.

Image
L'Ukraine peut compter sur le soutien de l'Union européenne. C'est le message qu'a fait passer la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors de sa visite à Kiev ce mardi 20 juin 2023. Elle a annoncé une aide financière de 50 milliards d'euros sur les quatre prochaines années pour aider le pays à se réformer et à se rapprocher des standards européens. Cette somme, qui comprend des prêts et des subventions, vise à soutenir les efforts de l'Ukraine dans les domaines de la justice, de la lutte contre la corruption, de la sécurité, de l'énergie, du climat, de la santé et de l'éducation. Elle doit aussi permettre au pays de faire face aux conséquences économiques et sociales de la pandémie de Covid-19 et du conflit armé dans l'est du pays. La présidente de la Commission européenne a salué les progrès accomplis par l'Ukraine depuis la révolution de Maïdan en 2014, qui a renversé le régime pro-russe de Viktor Ianoukovi

Le président kényan William Ruto invite l'Afrique à se défaire de la dépendance au dollar Américain

Image
  Le président kényan William Ruto invite l'Afrique à se défaire de la dépendance au dollar Américain. Le président du Kenya, William Ruto, élu en août 2022, a lancé un appel aux pays africains pour qu'ils renoncent au dollar Américain comme monnaie de référence et qu'ils adoptent une monnaie commune africaine. Selon lui, cela permettrait de renforcer l'intégration économique et la souveraineté du continent face aux ingérences étrangères. Il a fait cette déclaration lors d'un sommet régional à Nairobi, où il a également plaidé pour une plus grande coopération entre les pays de l'Afrique de l'Est dans les domaines de la sécurité, du commerce et de l'infrastructure¹²³. Le projet d'une monnaie commune africaine existe depuis les années 1990, dans le cadre de la Communauté économique africaine. Il prévoit la création d'une Banque centrale africaine et d'une Union monétaire africaine, administrées par l'Union africaine. L'objectif est de c

Ursula von der Leyen, souhaite augmenter son salaire mensuel de 15 %

Image
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, souhaite augmenter son salaire mensuel de 15 %, passant ainsi de 31 479 euros à 35 957 euros. Cette décision a suscité des critiques et des inquiétudes quant à la perception publique de l'Union européenne et de ses dirigeants en période de crise économique et de chômage élevé. Certains ont souligné que cette augmentation pourrait être perçue comme un manque de solidarité envers les citoyens de l'UE qui ont été durement touchés par la pandémie de COVID-19. Toutefois, d'autres ont soutenu que cette augmentation répondait à la nécessité de maintenir la compétitivité de l'UE sur la scène internationale et attirer les talents nécessaires à la gestion de l'UE. Quoi qu'il en soit, cette proposition reste controversée et doit encore être approuvée par les États membres de l'UE.

Didier Raoult accuse l'Etat de manquer d'éthique dans les essais cliniques sur le Covid-19.

Didier Raoult, le microbiologiste controversé qui défend le traitement à base d'hydroxychloroquine contre le Covid-19, a lancé une nouvelle attaque contre l'Etat français dans une vidéo publiée le 9 juin. Il reproche aux autorités sanitaires de ne pas respecter les principes de la médecine fondée sur les preuves et de ne pas informer les patients des risques liés aux traitements expérimentaux. Selon lui, les essais cliniques menés en France sur le Covid-19 sont biaisés par des conflits d'intérêts et des pressions politiques. Il affirme que les patients sont utilisés comme des "cobayes" sans leur consentement éclairé et sans qu'ils soient au courant des effets secondaires potentiels des médicaments testés. Il cite notamment le cas du remdesivir, un antiviral dont l'efficacité n'a pas été prouvée et qui peut provoquer des problèmes rénaux. Didier Raoult dénonce également le manque de transparence et de rigueur des études publiées sur le Covid-19. Il accu