Articles

Affichage des articles associés au libellé scandale

900 intellectuels français demandent la transparence sur les vaccins.

Image
Un groupe de 900 intellectuels français, dont des écrivains, des philosophes, des historiens et des médecins, a lancé un appel au Parlement pour qu'il rende publics ses débats sur les effets secondaires des vaccins contre le Covid-19. Ils estiment que le gouvernement a fait preuve d'un manque de transparence et de démocratie dans sa gestion de la crise sanitaire. Dans une tribune publiée par le journal Le Monde, les signataires affirment que "le silence du Parlement sur les effets secondaires des vaccins est inacceptable". Ils soulignent que "les citoyens ont le droit de connaître les risques qu'ils prennent en se faisant vacciner, ainsi que les bénéfices qu'ils peuvent en attendre". Ils dénoncent également "la censure et la stigmatisation" dont sont victimes ceux qui expriment des doutes ou des critiques sur la vaccination. Les intellectuels appellent le Parlement à organiser des auditions publiques avec des experts indépendant

Pfizer menace l'Etat canadien : la polémique enfle autour de la transparence des contrats Covid-19

Image
Le laboratoire pharmaceutique Pfizer a récemment suscité l'indignation en menaçant le gouvernement canadien de poursuites judiciaires pour rupture de contrat, après que ce dernier ait décidé d'acheter des doses supplémentaires de vaccins auprès d'autres laboratoires pour protéger sa population face aux problèmes de production rencontrés par Pfizer. Mais la situation a pris une tournure encore plus controversée lorsque Pfizer a menacé l'Etat canadien de détruire son image s'il publiait les contrats liés aux vaccins Covid-19. Cette attitude de Pfizer a suscité une vague d'indignation chez les citoyens canadiens, qui ont exprimé leur colère sur les réseaux sociaux. De nombreux internautes ont dénoncé le comportement du laboratoire pharmaceutique, accusé de privilégier ses intérêts commerciaux au détriment de la santé publique. Les autorités canadiennes ont réaffirmé leur engagement en faveur de la transparence et de la protection de la santé de leurs ci

Elisabeth Borne impliquée dans un scandale financier de 3 milliards d'euros

Image
L'ancienne ministre de la Transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne, est au cœur d'une affaire qui secoue le monde politique français. Selon une enquête du journal Le Monde, Elisabeth Borne aurait favorisé l'attribution d'un contrat de 3 milliards d'euros à la société Eiffage, alors qu'elle était directrice générale de l'urbanisme de la ville de Paris. Le contrat en question porte sur la rénovation du quartier de La Défense, le plus grand centre d'affaires d'Europe. Le projet, baptisé "Hermitage Plaza", prévoit la construction de deux tours jumelles de 320 mètres de haut, qui seraient les plus hautes d'Europe occidentale. Le promoteur immobilier russe Emin Iskenderov, à la tête du groupe Hermitage, est le maître d'ouvrage du projet. Or, selon Le Monde, Elisabeth Borne aurait joué un rôle clé dans l'obtention du permis de construire par Hermitage, en 2010, alors qu'elle était à la tête de la direction de

Pfizer accusé de faire pression pour faire taire les lanceurs d'alerte qui révèlent ses fraudes.

Image
Le vaccin anti-Covid de Pfizer/BioNTech, l'un des plus utilisés dans le monde, est-il entaché de fraudes et d'irrégularités ? C'est ce qu'affirme une lanceuse d'alerte qui a travaillé pour un sous-traitant du géant pharmaceutique américain, chargé de mener une partie des essais cliniques du vaccin. Selon un article du British Medical Journal (BMJ), qui cite cette ancienne employée, le groupe texan Ventavia aurait commis de nombreux manquements lors de ces tests, notamment en falsifiant des données, en tardant à assurer le suivi des effets secondaires et en compromettant l'attribution en double aveugle du vaccin¹. Ventavia n'a mené des tests que sur environ 1000 personnes, sur les 44 000 qui ont participé à l'essai clinique de phase 3 du vaccin Pfizer/BioNTech. Mais ces irrégularités pourraient remettre en question l'intégrité de tout l'essai clinique, ainsi que l'efficacité et la sécurité du vaccin. La lanceuse d'alerte, Brook

La liste des personnalités qui ont voyagé avec Jeffrey Epstein dévoilée lors du procès de Ghislaine Maxwell.

Image
Liens :  https://epsteinsblackbook.com/  et  https://vault.fbi.gov/jeffrey-epstein Le procès de Ghislaine Maxwell, accusée d'avoir participé au trafic sexuel de mineures avec le milliardaire Jeffrey Epstein, a révélé des centaines de documents relatifs aux vols privés de ce dernier. Les registres de bord, tenus par l'un des pilotes d'Epstein, David Rodgers, montrent les noms des célébrités et des politiques qui ont accompagné Epstein dans ses déplacements entre 1991 et 2006¹². Parmi les personnalités les plus notables, on trouve l'ancien président américain Bill Clinton, qui a effectué plusieurs voyages internationaux avec Epstein, souvent en compagnie de son ancien conseiller Doug Band et du mannequin Naomi Campbell². Le président Donald Trump apparaît également dans les registres de bord, ayant voyagé avec Epstein, Maxwell et d'autres personnes de Palm Beach à New Jersey à plusieurs reprises dans les années 1990². D'autres noms connus sont ceux du

Covid-19 : 72 personnes indemnisées pour des problèmes de santé causés par la vaccination

Image
Covid-19 : 72 personnes indemnisées pour des problèmes de santé causés par la vaccination Selon les chiffres rendus publics mercredi 12 juillet au Sénat, l'organisme national d'indemnisation des accidents médicaux (Oniam) a indemnisé 72 personnes pour des problèmes de santé survenus après une vaccination contre le Covid-19. Il s'agit principalement de cas de myocardites ou de péricardites, des inflammations du muscle cardiaque ou de la membrane qui l'entoure. L'Oniam a reçu au total 1.020 dossiers d'indemnisation amiable pour des troubles médicaux liés à la vaccination, dont 768 sont encore en cours d'instruction. Parmi les autres troubles signalés, on trouve des troubles neurologiques, comme des paralysies faciales, des accidents vasculaires cérébraux, des thromboses ou des embolies pulmonaires, ainsi que des troubles articulaires, auditifs ou dermatologiques. Le montant des indemnisations n'a pas été communiqué par l'Oniam, qui a précis